Après une semaine de repos à Sucre à cause de la petite mésaventure avec la cheville de Clémence, nous repartons doucement découvrir cette fois-ci Samaipata, un petit village très hippie. 

Comment venir à Samaipata ? 

Depuis Sucre, nous avons pris un bus de nuit avec la compagnie Expresso Cochabamba pour 90 bob par personne (11€) en cama c’est à dire des sièges inclinables à 180°

Après avoir payé un droit de passage dans la gare routière (on se demande bien à quoi ça sert…) de 2,50 bob par personne, nous montons à bord du bus. Nous partons avec un peu de retard vers 18h30 mais les sièges sont confortables ! On espère bien dormir 😊. Vers 22h, nous faisons une pause pour s’acheter de quoi manger. Nous arrivons en pleine nuit à Samaipata à 3h du matin ! Les rues sont très calmes, il nous reste 15 minutes à pied jusqu’à l’auberge Jaguar Azul. Heureusement, nous avions réservé à l’avance et Maïa, la responsable française de l’auberge nous accueille et nous montre notre chambre, on peut continuer notre nuit 😉. 

Déambulation dans les rues paisibles

Mardi 16 juillet

Samaipata signifie « repos dans les hauts plateaux » en quechua, elle porte bien son nom. La petite ville est très tranquille et beaucoup y viennent pour s’y reposer. Une trentaine de nationalités est présente dans la ville ! 🌏  

Nous nous réveillons en fin de matinée après une nuit bien découpée et un matelas pas très confortable (il manque le sommier 😅) ! Nous découvrons donc enfin l’auberge de jour : il y a des cabanes dans les arbres, un camping plus bas, tout est à base de récupération. Il y a aussi beaucoup de végétations tout autour de nous ! Maïa la propriétaire française et son compagnon bolivien ont tout fait par eux-mêmes et ça fait 7 ans qu’ils sont installés ici. 

Nous partons nous balader dans les rues de Samaipata autour de la place principale. Les ruelles sont désertes et beaucoup de magasins sont fermés. On trouve quand même quelques boutiques d’artisanats. Le marché n’est pas très grand mais on trouve de quoi y manger et acheter des fruits et légumes. Pour un délicieux dessert, nous avons repéré le café Tango : les parts de brownie sont énormes 😋. 

Les ruines incas d’El Fuerte

Mercredi 17 juillet

Les ruines incas d’El Fuerte se situent à 8 kms de Samaipata. Pour y aller nous avons pris un taxi pour 100 bob (13€) l’aller retour, le chauffeur nous attendra ensuite 2 heures sur le site avant de nous redescendre. 

El Fuerte est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’entrée coûte 50 bob par personne. La visite dure environ 2 heures sur différents chemins et des passerelles qui permettent de prendre de la hauteur. 

El Fuerte est un gigantesque bloc de grès d’environ 220 mètres de long et 60 mètres de large, c’est impressionnant ! Sa surface est couverte de gravures d’animaux (serpents, jaguars, pumas), de motifs géométriques et des niches entaillées sur ces flancs. Vers l’an 300, les indiens Chané colonisent la région et c’est eux qui commencèrent à sculpter des pétroglyphes. Au XIVème siècle, les Incas s’allient avec les Chané et créent une ville au bord du rocher. C’était un site religieux très important où des cérémonies et sacrifices étaient faits ! Puis au XVIème siècle, les colons espagnols prennent le contrôle et construisent un fort pour contrer les attaques d’autres tribus d’où le nom El Fuerte (le fort). En 1618, avec la construction de Samaipata, le fort perd son importance militaire et est laissé à l’abandon. A notre retour, notre chauffeur nous attend bien, c’est bon 😊. 

Visite d’un refuge animalier 🐶

Après avoir mangé au Mercado Central avec les locaux, nous décidons d’aller visiter un refuge animalier, Jacha Inti. L’entrée est de 20 bob par personne. L’argent est utilisé pour la nourriture des animaux, les soins et parfois pour réparer certains bâtiments. Nous faisons la connaissance de deux françaises en stage vétérinaire ici pendant 1 mois. Elles nous expliquent que le refuge recueille des animaux blessés ou abandonnés par leurs propriétaires. Les filles nous donnent des bananes pour qu’on puisse en donner aux singes 😉 !

On part visiter le refuge en rentrant dans un enclos où il y a des toucans (on dirait qu’ils sont en plastiques 😅), des perroquets très colorés et des lapins. On donne quelques cacahuètes aux perroquets, ils aiment ça ! Plus loin, il y a la maison de Tarzan où on peut grimper jusqu’en haut et avoir une vue sur le refuge. Juste à côté se trouve des lamas (on ne s’en approche pas trop, de peur qu’ils nous crachent dessus 😂). Dans une cage il y a des rats puis plus loin, une trentaine de tortues. Il y a aussi des chats, chiens, chevaux.

On fait la rencontre avec différentes espèces de singes, les capucins, le singe-araignée et les saïmiri, des petits singes jaunes. Eux sont très gourmands, et ils sont très contents quand on leur offre de la banane 🍌 ! Dans un autre enclos on trouve des tejones, un genre de blaireau. Puis, on découvre le chat sauvage des montagnes, le plus dangereux du parc ! Il ressemble à un chat mais son pelage nous fait penser à un léopard. Un volontaire argentin nous montre même qu’il n’est pas dangereux mais veut seulement jouer, on arrive même à le caresser 😊 ! On a beaucoup aimé ce refuge. 

En rentrant à l’auberge, un français qui vit depuis quelques temps à Samaipata nous propose d’acheter une baguette qui sort tout juste du four, comment ne pas résister 😍. Avec du dulce de leche, c’est encore meilleur 😉. 

Direction Santa Cruz

Jeudi 18 juillet 

Après un petit-déjeuner avec le reste de notre baguette française 🥖 et un jus d’orange fait maison 🍊, nous rangeons nos affaires. Nous décidons de quitter Samaipata pour nous rendre à Santa Cruz, à 120 kms. Nous montons à bord d’un taxi 7 places (30 bob par personne) et c’est parti ! 

Samaipata n’a pas été un coup de coeur comme Sucre mais nous avons beaucoup aimé découvrir El Fuerte et le refuge animalier. En route vers l’est de la Bolivie !

Écrire un commentaire