Nous voilà au Pérou, notre 4ème pays de notre voyage ! Il y a une heure de décalage horaire en moins avec la Bolivie et 7h avec la France. Notre première étape se situe à Puno, au bord du lac Titicaca afin de visiter différentes îles péruviennes. 

Notre arrivée à Puno

Mercredi 31 juillet

Arrivés à la gare routière en fin d’après-midi, nous nous renseignons sur comment visiter les îles sur le lac Titicaca. Une femme de l’agence Lago Tours nous interpelle et nous propose pour 115 soles (31€) une nuit en auberge avec petit-déjeuner (Huchuy Wasi) puis de découvrir 3 îles et de passer une nuit sur l’une d’entre elles. L’offre nous paraît intéressante, on accepte 😊.

Découverte du centre de Puno 

Situé à 3830 mètres d’altitude, Puno compte environ 125 000 habitants. Nous avions vu passé sur internet plusieurs avis négatifs de cette ville, mais nous avons plutôt aimé nous y promener. 

L’animation bat son plein autour de la Plaza de Armas malgré qu’elle soit en travaux. Sa basilique est très jolie ! La place Manuel Pino et son église sont toutes illuminées. C’est vraiment agréable de se balader dans les rues piétonnes. Son marché par contre n’est pas très intéressant, beaucoup vendent des pétales de fleurs et pétards car demain nous sommes le 1er août, premier jour du calendrier agricole !

Où manger à Puno ?

Le restaurant Sunrise fait de délicieuses pizza au feu de bois. Nous testons aussi notre première bière péruvienne, la Cusqueña et un pisco sour. 

Les îles péruviennes du lac Titicaca 

Jeudi 1er août

Après un petit-déjeuner à l’auberge, nous sommes récupérés en minibus par l’agence pour nous emmener au port. Nous montons à bord d’un bateau, nous serons 18 pendant 2 jours. 

Les îles flottantes Uros 

Nous partons en direction des îles Uros situés à 6 kms de Puno. On s’arrête sur une île parmis les 170 qui existent aux alentours. L’île est construite entièrement en totoras (une sorte de roseaux). Des bancs en totoras sont installés pour qu’on s’assoit. Pour construire ces îles, les habitants commencent par récupérer des blocs de racines de roseaux immergés dans l’eau. Ils les attachent ensemble avec une corde pour que les racines prennent et que les blocs s’unissent. Puis, les habitants déposent des tiges de roseaux séchées par dessus ces 30 à 40 blocs attachés. Ces îles flottantes ont une durée de vie de 50 ans. L’île n’est vraiment pas très grandes, 4 à 8 familles peuvent vivre dessus. Il y a 12 petites maisons construites en totoras. 

Le guide nous montre aussi avec des petites maquettes les différents bateaux construits en roseaux qui servent pour acheter les provisions à Puno. Dès que le guide a terminé ces explications, les habitants se ruent sur nous pour nous faire visiter leur maison et nous montrer leurs produits artisanaux en nous proposant bien sûr de les acheter. C’est très joli mais on se sent un peu des portefeuille sur pattes ! Pour 10 soles (puis plus tard 5 soles) en plus on peut faire une mini excursion sur ces bateaux en totoras. Certains du groupe le font. Nous repartons sur une autre île, type bar/restaurant ! Tout est vraiment fait pour les touristes. Nous ne sommes pas vraiment convaincus de l’authenticité de ces îles…

L’île d’Amantani

L’accueil chez les locaux

Situé à 30 kms de Puno, nous avons quand même presque 3 heures de trajet jusqu’à l’île d’Amantani. Quand nous débarquons sur l’île, nous sommes accueillis par plusieurs familles. Les touristes sont répartis au sein de différentes communautés afin que chacun puisse profiter de l’économie générée par le tourisme. Nous serons avec deux parisiens, Anna et Grégoire, dans la famille de Gladys. Nous suivons donc Gladys jusqu’à sa maison au pas de course ! On découvre nos chambres (attention à la tête, les portes ne dépassent pas les 1,50 mètres !) et nous faisons la connaissance de sa fille Evelyn et son mari Felix. 

Repas typique

Nous nous posons dans une pièce qui fait office de restaurant avec vue sur le lac Titicaca. On nous apporte à manger, une soupe aux légumes et blé en entrée ; une assiette de pommes de terre, fromage fondue, salade et haricots plats et pour finir une infusion de muña, une plante locale. C’est délicieux ! Après le repas, Gladys nous emmène chez sa sœur qui est en train de tisser un sac. On voit aussi leur élevage de cochons d’Inde qui sont cuisinés seulement pour les grandes occasions comme jours de fête et anniversaires. Sa famille possède aussi des poules et des moutons. Sur l’île il n’y a pas de lamas ni de vaches car il n’y a pas assez de nourritures pour eux !

Prendre un peu de hauteur

Nous retrouvons notre groupe et notre guide sur la place principale du village. Nous sommes au sein de la communauté Pueblo comptant environ 80 familles. L’île Amantani possède 4000 habitants. Nous allons prendre un peu de hauteur pour arriver aux points culminants de l’île. Nous commençons par le Cerro Pachamama (Terre Mère) situé à 4120 mètres. Ca grimpe bien et avec l’altitude nous sommes un peu essoufflés ! La vue tout en haut est magnifique. Sur les hauteurs se trouve un temple où il faut faire trois fois le tour du temple munis d’une feuille à la main en faisant un vœu à chaque tour. À la fin, il faut déposer sa feuille sur le mur de l’enceinte afin d’espérer voir son vœu se réaliser. Nous nous exécutons 😊. 

Le soleil commence à décliner, on décide de se rendre à l’autre Cerro Pachatata (Terre Père) situé à 4085 mètres. On arrive pile pour le coucher de soleil. Les couleurs du ciel changent vite et sont superbes ! Le froid arrive aussi très vite. 

Repas en famille 

Nous retrouvons Evelyn sur la place principale qui nous emmène chez elle. Gladys est en train de préparer à manger, on décide de l’aider en enlevant les cosses et la peau des haricots plats. Nous ne sommes pas très rapides comparé à Evelyn 😅. Nous mangeons tous ensemble près du feu de cheminée, c’est vraiment sympa ! Au menu ce soir : soupe de quinoa, assiette de riz et légumes (dont les haricots plats) avec du fromage fondue et une infusion à la muña 😋.

Fête traditionnelle

Vers 20h, on se prépare pour rejoindre tout le monde à la salle des fêtes pour une soirée en costume traditionnel 😁. Gladys nous habille, pour les hommes un pancho et un bonnet péruvien et pour les femmes un chemisier brodé, une longue jupe attachée avec une ceinture. Un long châle noir est à porter sur les épaules. Ca nous fait bien rire d’être habillés comme ça 🤣 ! Nous suivons Evelyn jusqu’à la salle car Gladys est trop fatiguée. Tout le monde est là à danser sur les airs de musiques que jouent l’orchestre du village. On se laisse prendre au jeu, c’est vraiment sympa ! 

Réveil en douceur 

Vendredi 2 août

Nous avons tellement bien dormi, il n’y a aucun bruit sur l’île car pas de voiture ! On est juste réveillés par le bruit des ânes. Nous nous inquiétons un peu de voir aucun signe de Felix et Gladys pour le petit-déjeuner… mais finalement on ne s’était pas compris sur l’heure 😅. Gladys nous prépare des pains faits maison (sorte de beignets) délicieux avec de la confiture et une boisson chaude ! Nous faisons une photo souvenir avec eux avant de partir en vitesse au port. 

L’île Taquile

Après la découverte des îles Uros et Amantani, nous débarquons une heure plus tard sur Taquile (prononcé « Taquilé »), notre dernière escale sur le lac Titicaca. Nous arrivons sur le versant ouest de l’île. L’île est composée de 6 communautés et 2500 habitants. 

La place centrale 

Nous marchons jusqu’à la Plaza de Armas, le centre de l’île. L’ile est très verdoyante, avec ses chemins pavés et ses petits murets en pierre ! C’est une grande place où nous assistons à des danses et chants traditionnels de locaux. Des stands pour acheter de l’artisanat sont aussi installés. Ces Taquileños sont habillés pour les hommes avec un pantalon noir et une chemise blanche. Ils portent aussi un bonnet qu’ils tricotent eux-mêmes et qui est soit blanc et rouge pour les célibataires ou rouge uni pour les hommes mariés ! 

Repas et coutumes traditionnels 

Nous suivons le guide qui nous emmène un peu plus loin dans un restaurant. Nous avons une superbe vue sur le lac Titicaca. Le guide nous explique les différentes tenues traditionnelles, les plantes qu’on peut trouver sur l’île comme la cantuta, une fleur rouge symbole du Pérou. 

Taquile est connu pour ses poissons, notamment la truite. Ca sera donc trucha a la plancha 😊.

Après le repas, nous redescendons sur l’autre versant de l’île, par un escalier plutôt abrupte. On retrouve notre bateau pour rentrer sur Puno en 3 heures de trajet. L’île Taquile est remplie de charmes avec son air de Méditerranée !

Direction Arequipa

Après avoir récupéré nos affaires à l’auberge, nous repartons en taxi à la gare routière. Avec l’agence Cosmos (25 soles) nous partons en bus direction Arequipa pour 300 kms et 6 heures de trajet ! 

On aura beaucoup aimé découvrir les îles du lac Titicaca mais cette fois-ci côté péruvien. Un gros coup de coeur pour l’île d’Amantani, très authentique avec ses habitants si gentils.

3 Commentaires

  1. Catherine Renaud Répondre

    Un petit coucou clémence Étienne
    merci beaucoup que du plaisir à vous suivre 🙂
    Bonne continuation !!!!
    Catherine

Écrire un commentaire