Nous arrivons en bus de nuit à Santiago pour visiter cette grande capitale du Chili de près de 5 millions d’habitants pendant 2 jours avant notre vol pour l’Île de Pâques ! On vous raconte notre séjour 😉.

Notre arrivée, un jour férié

Mardi 21 mai

Il est 6 heures du matin quand nous arrivons à la gare routière de Santiago. Nous voulons prendre le métro pour rejoindre l’auberge de jeunesse mais il n’ouvre qu’à 8 heures, un jour férié ! Car aujourd’hui c’est la fête pour célébrer la victoire de la bataille navale d’Iquique, au nord du Chili en 1879. Nous prenons donc le bus mais sans carte de transport, le chauffeur trop gentil, nous offre le trajet !

On arrive donc à l’auberge Santiago Backpackers où nous nous posons jusqu’à 9 heures.

Nous partons en direction du centre ville de Santiago. Il n’y a pas grand monde dans les rues et il ne fait pas très chaud ! Nous décidons de faire un free tour en anglais avec deux autres personnes. Cela consiste en une visite de la ville, ici d’une durée de 3 heures, et il est de coutume de laisser un pourboire à la fin.

Nous commençons par la Plaza de Armas, la place principale de la ville. C’est ici que se trouve la cathédrale métropolitaine construite entre 1748 et 1800.

On continue par le quartier des rues piétonnes et commerçantes dont la rue New-York et ses grands buildings. Impressionnant !

Plus au sud se situe le Palacio de la Moneda où sont situés les bureaux présidentiels du Chili. C’est ici que le président de la République se suicida lors du coup d’État du 11 septembre 1973.

Nous passons près du Cerro Santa Lucia, que nous ferons le lendemain 😉 .

Le Parque Forestal est un immense parc aux allures européennes avec ses fontaines et ses grandes allées. Il y a le musée des Beaux-Arts qui se situe dedans.

Nous terminons la visite par le quartier Bellavista. C’est un endroit bohème où il y a une multitude de bars et restaurants, idéal pour sortir le soir. Le guide nous indique ces resto préférés ! Le Patio Bellavista possède une atmosphère agréable et tranquille 🙂 . Il y a aussi de nombreux street arts dans ce quartier comme près de la maison-musée de Pablo Neruda, un poète chilien très célèbre.

C’est l’heure du déjeuner, parfait nous sommes juste à côté du grand marché couvert de la Vega. On peut trouver de tout, fruits, légumes, viandes, poissons… bref c’est ici qu’on peut s’immerger dans la vie locale ! On s’installe dans un petit restaurant pour manger un plat typique chilien : la cazuela. Ce plat est un mélange de viande de bœuf, citrouille, maïs, pomme de terre, riz, tomates et tout ça dans un bouillon ! C’est délicieux mais pas très pratique à manger…

L’après-midi nous retrouvons Paul, un ami, qui est sur Santiago pour le travail. On se pose dans un café pour boire un verre, plus précisément du Pisco, eh oui on est jamais déçu par cette boisson 😉.

Le soir nous mangeons chez Buffalo Waffle, une recommandation de notre guide. On y mange des gaufres salées : avec du cheddar, du bacon, de la salade… C’est plutôt bon !

Un musée et deux cerros

Mercredi 22 mai

Dernière journée sur Santiago car ce soir nous passons la nuit à l’aéroport ! Nous prenons notre déjeuner à l’auberge, de délicieuses crêpes au dulce de leche 😋.

On part réserver notre bus pour l’aéroport dans la compagnie Turbus, le billet coûte 1900 pesos par personne soit 2,40€. Nous prenons également la carte de transport Bip à 1500 pesos qui peut servir pour deux.

Direction le musée de la Mémoire et des Droits de l’Homme. Celui-ci est gratuit (nous avons pris un guide audio pour 2000 pesos, 2,60€). Inauguré en 2010 dans le quartier de Yungay, c’est un incontournable dans la visite de Santiago. Le lieu est sur 4 étages et retrace l’histoire du Chili à partir du coup d’état du 11 septembre 1973 et la dictature militaire qui durera 17 années. Le musée est très riche d’informations avec de multiples documents y compris sonores et vidéos. On apprend ainsi que cette dictature aura fait plus de 3 200 morts et disparus, près de 38 000 personnes torturées et des centaines de milliers de personnes forcées à l’exil.

Après cette visite de plus d’1h30, nous nous posons manger au restaurant Galindo en terrasse au soleil ☀️.

Puis, nous continuons au Cerro San Cristobal, la plus grande colline qui surplombe Santiago. L’entrée se trouve au bout du quartier Bellavista. Nous prenons le funiculaire, 2000 pesos par personne aller et retour. La montée est ainsi beaucoup plus rapide qu’à pied et moins physique 😅. Là haut, nous avons une vue à 360 degrés ! Par contre, Santiago est souvent très polluée, on a donc une fine brume au dessus de la ville qui ne nous permet pas de voir entièrement la cordillère des Andes.

Nous terminons la journée par l’autre cerro de la ville, le Cerro Santa Lucia. Celui-ci est gratuit, et c’est un parc magnifique qui recouvre toute la colline. On monte en haut du cerro par des escaliers taillés dans la roche. Il y a pas mal de monde qui sont installés à attendre le coucher de soleil. Et en effet, la vue est tout aussi jolie de ce cerro 😉.

Nous rentrons à l’auberge, nous faisons le plein de courses chez Santa Isabel et un autre supermarché où on peut acheter en grosse quantité. En effet, l’île de Pâques, notre prochaine destination 😁, est une île très chère ! On ramènera donc le maximum de nourriture du continent pour que ça nous coûte moins chère 😉.

21h30, c’est l’heure de partir ! Nous prenons le métro jusqu’à la gare routière Alameda puis le bus Turbus jusqu’à l’aéroport. Plus qu’à « essayer » de dormir en attendant notre vol du lendemain à 6h30.

Santiago n’a pas é té un réel coup de cœur mais ça aura été l’occasion de retrouver notre ami Paul autour d’un verre mais aussi d’en apprendre plus sur l’histoire du Chili. En route pour l’île de Pâques 😁.

2 Commentaires

  1. En tout cas si Santiago n’a pas été un coup de coeur,je m’aperçois que les petits repas bien copieux l’ont été ainsi que les belles pintes de bière…
    Vous ne vous refusez rien!

    • Twofrenchtrip Répondre

      Il faut toujours savoir se faire plaisir, même en voyage 😉

Écrire un commentaire