Notre road trip dans le sud Lipez et salar d’Uyuni aura été magique. Nous arrivons à Potosi en bus depuis Uyuni (une ville sans grand intérêt) en fin d’après-midi. Avec Romain nous partons découvrir cette ville. 

Une soupe très … volcanique !

Nous posons nos affaires tous les trois dans l’auberge de jeunesse Casa Blanca. Nous payons 75 bob par personne (environ 10€) avec le petit-déjeuner de compris, c’est plus cher que la normal mais il y a du chauffage dans la chambre ! 😊

De nuit, la ville est toute éclairée aux couleurs de la Bolivie sur la place principale. 

Nous testons dans le restaurant La Pascoalita, la soupe volcanique, ici appelé kalapurka. C’est une soupe où il y a une pierre volcanique permettant de chauffer jusqu’à 200 degrés le plat. C’est délicieux 😊. Clémence prend ensuite un pique macho (un peu trop copieux et un peu trop pimenté 😅), Etienne lui choisit un plat plus classique, une viande grillée avec des frites et un oeuf au plat. Le tout est accompagné d’une bière locale, la Potosina 🍻. 

Visite de Potosi

Samedi 6 juillet

Au réveil, nous prenons un bon petit-déjeuner en libre service et à volonté : jus d’orange, cacao, céréales, pain, confiture, beurre et œufs brouillés ! 

Nous partons ensuite visiter la Casa de la Moneda mais avant un peu d’histoire…

Histoire

À savoir

Potosi est la ville de plus de 100 000 habitants la plus haute du monde, nous sommes à un peu plus de 4000 mètres d’altitude ! Elle est classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987

Les mines de Potosi

Beaucoup de mines sont présentes autour de Potosi ce qui en fait une ville très convoitée. C’est sur la colline Cerro Rico que sont exploitées les mines dans des conditions très difficiles. Il est possible de les visiter mais nous ne décidons de ne pas les faire pour des raisons d’éthiques. Des ouvriers jouent leur santé en y travaillant et parfois perdent la vie. L’espérance de vie est de 50 ans maximum… La ville de Potosi est classée au patrimoine mondiale de l’Unesco en péril depuis 2014 car ce cerro ressemble à un gruyère, du jour au lendemain tout pourrait être détruit tellement l’exploitation est importante !

Au loin, on aperçoit les mines du cerro Rico

La ville de Potosi a été fondée en 1545 pour exploiter les mines proches. Le minerai extrait par les indigènes locaux (puis par des esclaves africains dans les années 1600) alimente les caisses de la couronne espagnole. La ville devient rapidement la plus peuplée d’Amérique et la plus riche du monde. Sur près de 200 ans, ce sont plus de 40 000 tonnes d’argent extraites à Potosi ! Beaucoup y laissèrent la vie à cause de problèmes respiratoires ou bloqués sous des éboulements. Après 1800 l’argent se fait rare, la ville démarre son déclin économique. En 1825, la Bolivie déclare son indépendance. 

Casa de la Moneda

En plein centre de la ville, c’est ici que la monnaie nationale était frappée jusqu’au XXème siècle ! La visite guidée est obligatoire, coûte 40 bob par personne et dure environ 2 heures.  

La Casa de la Moneda date de 1575, le bâtiment le plus important de l’architecture coloniale de l’Amérique du Sud. Il y a 5 cours et 200 pièces ! 

Les salles présentent plusieurs œuvres notamment religieuses, des objets en argent (miroirs, vaisselle, mobilier…) et une collection de plus de 3000 variétés de minéraux du monde. On voit aussi les présentations des différentes pièces qui étaient frappées dans un mélange de cuivre et d’argent. Puis, nous découvrons les machines à engrenages en bois qui servaient à frapper la monnaie. L’axe principal était actionné par des ânes à l’étage inférieur. On visite aussi la fonderie où les personnes travaillaient dans des conditions extrêmes (haute température, gaz toxiques…). 

Puis nous voyons les machines à vapeur qui sont arrivés en 1869 qui ont ensuite été remplacés par les machines électriques en 1909. Entre temps, en 1872 le gouvernement autorisa la Banque Nationale de Bolivie à émettre des billets ce qui déboucha sur la diminution du nombre de pièces en circulation. Comme le prix de l’argent métal diminua aussi, la production à la Casa de la Moneda s’arrêta en 1951. À présent les pièces sont faites au Chili et les billets en France (pour qu’il n’y ait pas de problèmes de falsification) ! 

À table !

Il est 12h quand on sort du musée. On passe acheter des salteñas, similaires aux empanadas, dans le resto Salteña. La pâte est sucrée mais ce n’est vraiment pas pratique pour les manger car ça coule partout, il y a beaucoup de jus ! 😂

On se dirige vers le marché central, où on peut voir de tout : fruits, légumes (pour l’instant ça va) mais aussi de la viande sous toutes ces formes : abats, têtes de vaches, moutons tués… bref ça donne envie ! 😅 Puis, nous assistons à la fête de la gastronomie sur la place principale, avec en fond de la musique locale. 

La cathédrale métropolitaine

Il est 14h30, nous partons visiter la cathédrale de la ville pour 20 bob par personne. Elle est très jolie à l’intérieur. L’accès au toit offre une vue panoramique sur la ville et ses alentours comme le Cerro Rico où sont exploitées les mines. 

Départ pour Sucre

Nous terminons la visite de la ville en nous baladant tranquillement dans les rues. Sur certaines façades il y a beaucoup de tags ! Puis, nous revenons à l’auberge pour récupérer nos sacs. Pour nous rendre à la gare routière, on prend un minibus, micro, pour 1,5 bob par personne soit 19 centimes ! La gare routière est très futuriste. Il faut même payer un droit de passage dans la gare de 2 bob par personne. À 17h30 nous montons avec Romain dans le bus (20 bob par personne) direction Sucre pour 3 heures de trajet pour 160 kms. 

Écrire un commentaire